Les entreprises américaines dépensent plus en rachats que toute autre chose

[ad_1]

Pourquoi les rachats d'actions peuvent aggraver l'inégalité des revenus

Pour la première fois en dix ans, Corporate America consacre plus d’argent au rachat d’actions qu’à un investissement dans l’avenir.

Les entreprises du S & P 500 ont récompensé leurs actionnaires avec 384 milliards valeur de Les rachats effectués au cours du premier semestre 2018, selon un rapport de Goldman Sachs publié vendredi. Cette grande bonanza pour Wall Street est en hausse de 48% par rapport à l’année dernière et reflète augmenter la rentabilité grâce aux réductions d’impôt sur les sociétés et à la forte économie américaine.

Mais cela ne signifie pas que les entreprises ne dépensent pas en investissements créateurs d'emplois, comme de nouveaux équipements, des projets de recherche et des usines. Les dépenses des entreprises ont augmenté de 19% – c'est simplement que les rachats augmentent beaucoup plus rapidement.

En fait, Goldman Sachs a déclaré que les rachats représentent la plus grande part des dépenses en espèces des sociétés du S & P 500. Il s'agit d'une étape importante, car les dépenses en capital représentaient la plus grande utilisation de liquidités par les sociétés au cours de 19 des 20 dernières années.

Et la tendance n'est peut-être pas encore terminée. Goldman Sachs a prédit que les autorisations de rachat d'actions par toutes les sociétés américaines en 2018 dépasseraient 1 billion de dollars pour la toute première fois.

Tableau des rachats de dépenses en capital

Pomme (AAPL) à elle seule, elle a dépensé 45 milliards de dollars en rachats au cours du premier semestre de 2018, soit trois fois plus qu'au cours de la même période l'an dernier, a annoncé la firme. Cela comprenait un somme record au premier trimestre.

Amgen (AMGN), Cisco (CSCO), AbbVie (ABBV) et Oracle (ORCL) ont également inondé les investisseurs de leurs programmes de rachat.

"Blackout" présente des risques

Les rachats sont généralement encouragés par les actionnaires, du moins à court terme. Une des raisons est que les rachats gonflent artificiellement le bénéfice par action en éliminant le nombre d'actions en circulation.

De plus, les sociétés qui accèdent au marché avec des ordres d'achat géants répondent à une demande persistante, faisant monter les cours des actions.

L'impact des rachats est si profond que certains s'inquiètent de la résistance des actions sans eux. Les sociétés ne sont généralement pas autorisées à racheter des actions au cours de la période dite de «black-out» commençant le mois précédant la publication des résultats.

David Kostin, stratège en chef pour les actions américaines chez Goldman Sachs, a averti que la prochaine période de blackout poserait un "risque à court terme" pour le marché. Il a noté que la volatilité des marchés avait tendance à être plus forte pendant les pannes de rachat.

Les dépenses des entreprises en hausse

La bonne nouvelle est que les grandes entreprises investissent une part non négligeable de leurs gains dans la refonte de l’impôt sur les sociétés. La loi fiscale républicaine, adoptée à la fin de 2017, a abaissé le taux d'imposition des sociétés de 35% à 21%. Elle accordait également aux entreprises un allégement fiscal sur les bénéfices étrangers retournés aux États-Unis.

Les dépenses en capital sont sur la voie de la croissance la plus rapide depuis au moins 25 ans, selon Goldman Sachs.

"Les rumeurs sur la fin des dépenses en capital ont été grandement exagérées", a écrit Kostin.

La croissance des dépenses des entreprises, à l'instar des rachats d'entreprises, a été dominée par certaines des plus grandes entreprises aux États-Unis. Goldman Sachs estime que 79% de la croissance des dépenses en capital du S & P 500 est venue de 10 entreprises seules.

Par exemple, propriétaire de Google Alphabet (GOOGL) investisseurs alarmés en avril par divulguer plus de 7 milliards de dollars des dépenses en capital au premier trimestre. Facebook (FB), sous le feu pour sa gestion de l'élection de 2016, dépense fortement en personnel et en technologie. Microsoft (MSFT), Intel (INTC) et Micron (MU) accélèrent également leurs dépenses en capital.

Même si les PDG continuent de donner leur feu vert à de vastes rachats, ils ont discrètement pris approche différente avec leur propre argent. Les sociétés initiées ont vendu pour 10,3 milliards de dollars d’actions en août, un record depuis novembre 2017, selon le cabinet d’études TrimTabs.

CNNMoney (New York) Première publication le 17 septembre 2018 à 15 h 14 HE.

[ad_2]

Source link